Les e-commercants optimistes pour 2015

C’est la grande enquête sur le moral des e-commerçants, sur leurs visions et perspectives pour l’année à venir, qui indique que les dirigeants des principaux sites e-commerce français sont OPTIMISTES ! Menée comme chaque année par la FEVAD, les résultats de cette étude annuelle sont révélés ce matin même lors du lancement du E-commerce One-to-One Monaco.

82 % des dirigeants des principaux sites français de vente en ligne déclarent être autant ou plus confiants encore qu’en 2014. 78 % d’entre eux ambitionnent une croissance de leur chiffre d’affaires pour cette année 2015. Et surtout 61 % tablent sur une amélioration de leur marge.

e-commerce-tendances-2015Les perspectives de croissance et de rentabilité se traduisent par une accélération des investissements. Un optimisme qui se traduit en effet par un projet de développement des effectifs pour une petite moitié des décideurs interrogés.
33 % ont également pour projet de poursuivre leurs investissements informatiques, 26% devraient investir pour développer leur activité à international et 26 % souhaitent  développer leurs investissements publicitaires. En termes de format et de support de vente, c’est le développement du webshop en lui même qui est envisagé par 73 % des répondants, devant le développement du canal mobile, pour 50 % et du click and collect pour 50 % d’entre eux.

Concentrations, et rationalisations du secteur sont pressentis par la grande majorité des répondants qui envisagent pour le marché du e-commerce français des
fermetures de sites, des concentration ou des accords stratégiques. Un peu moins de la moitié des décideurs envisagent des levées de fonds importantes ( ce qui est pourtant en contradiction avec les chiffres des derniers mois).

Flore Fauconnier du Journal du Net révélera ce matin aux invités du E-commerce One-to-One de Monaco les résultats de cette enquête qui indique également que 64 % des e-commerçants français ( parmi les répondants) sont aujourd’hui présents à l’international et qu’un tiers y réalisent plus de 20 % de leur chiffre d’affaires. 14 % des e-commerçants présent à ce stade exclusivement sur le marché français envisagent quant à eux de lancer cette année leur développement à l’international : depuis la France pour les pure players, ou avec une filiale locale pour les retailers. Belgique, Espagne, Allemagne puis Royaume-Uni forment le quatuor de tête des pays pressentis.

 

e-commerce-1to1-Monaco

 

A propose de One To One Monaco

Le e-commerce One To One Monaco est un événement privé,  convention des principaux décideurs du e-commerce français et de leurs partenaires et prestataires. Cette cinquième édition du rendez vous monégasque réunit 1000 décideurs : deux tiers d’ e-commerçants, de marques et de distributeurs, et un tiers de partenaires pour qui ce sera l’occasion de présenter leurs dernières innovations et opérations. 6 réunions plénières, 100 ateliers sur les sujets digitaux et près de 3000 RDV One to One ont lieu en ce moment même à Monaco. Ingrid FILLON dirige E-Commerce One to One Monaco au sein de E-Business Groupe Comexposium créateur de cet événement.

E-commerce français : 11% de croissance en 2014 pour atteindre les 57 milliards d’euros

Bonne et heureuse année 2015, c’est ce que semble nous annoncer la Fédération de l’e-commerce et de la vente à distance en dévoilant les résultats de son étude annuelle. Au programme : croissance de 11% sur un marché de la distribution française plutôt morose, 57 milliards dépensés on line, et une fin d’année plutôt satisfaisante pour les e-commerçants.

e-commerce-franceLes éléments à retenir pour cet exercice 2014 :

Le marathon de la création se poursuit avec 20.000 nouveaux sites en 2014, soit plus de 157.000 sites marchands actifs en France !

Un panier moyen d’achat en baisse à 81 euros, 20 commandes en ligne par an pour les 34 millions de cyber acheteurs français.

Le mobile continue bien sûr sa percée et pèse désormais 16 % de l’activité des sites de e-commerce.

Parmi les poids lourds, le top 10 des destinations shopping reste sensiblement le même et sans surprise :

Amazon ( avec 17.516.000 visiteurs uniques par mois)
CDiscount (10.732.000)
FNAC (10.684.000)
eBay (7.947.000)

Carrefour (7.587.000)
PriceMinister (7.540.000)
Voyages-sncf.com (6.860.000)
La Redoute (6.839.000)
Vente-privee.com (5.963.000)
E.Leclerc (5.553.000)

Souhaitons nous une bonne nouvelle année de commerce électronique, commerce connecté, m-commerce et surtout commerce tout court pour 2015 !

Le marché du e-commerce en Allemagne

Avec un taux de croissance supérieur à 25% en 2013 ( et probablement en 2014 ), l’Allemagne  représente le premier marché du e-commerce d’Europe centrale. 

Avec un chiffre d’affaires e-commerce ( ventes on line de marchandises et de services ) de 63,4 milliards d’euros selon le dernier Europe B2C E-commerce Report, l’Allemagne est le second marché du e-commerce en Europe, derrière le Royaume Uni et devant la France.

e-commerce-allemagneAvec un taux de pénétration de plus de 86%, le pays dispose de la plus grande population connectée en Europe : plus de 70 millions de personnes. Le nombre d’acheteurs en ligne est estimé pour 2014 à plus de 44 millions  ( source Statista 2014) .Marché en pleine croissance, l’Allemagne devrait donc en toute logique devenir le premier marché européen du e-commerce ces prochaines années.

Comme en France, le e-commerce a été porté les premières années par les grandes enseignes historiques de VAD, nombreuses outre-Rhin. Mais ces dernières années, le e-commerce bouleversant la distribution, et les modèles économiques, les enseignes du retail et de la vente à distance souffrent et placent les pure players internationaux en haut du classement des premiers e-commerçants allemands. Amazon truste aujourd’hui le classement des e-commerçants allemands, suivi de Otto, premier VADiste européen et aujourd’hui place de marché on line de la Mode et de l’équipement de la maison. Les pure players ont également bénéficié du développement des ventes on line, et de la restructuration, inadaptation des enseignes historiques de la distribution. Zalando est ainsi devenu le troisième e-commerçant allemand avec près d’un milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2014.

Nous poursuivrons ces prochains jours la présentation du marché du e-commerce en Allemagne avec ses spécificités, acteurs en place et les problématiques sur lesquelles se pencher pour s’y implanter.

Les tendances de l’e-commerce : recrutement et externalisation en 2014

En complément de la diffusion du top 100 des sites e-commerce français, E-commerce Magazine publie les résultats d’ une enquête menée auprès de plus de 130 CEO, directeurs et responsables e-commerce ou marketing. La priorité numéro étant assez… logique, l’ordre des priorités citées ensuite est plus intéressant : l’acquisition reste la priorité des e-commerçants qui réalisent un chiffre d’affaires inférieur à 10 millions d’euros. La fidélisation des clients est la priorité une des e-commerçants réalisant plus de 10 millions. Atteindre ou augmenter la rentabilité de leur activité n’est cependant que la 4 ème priorité des managers interrogés ?!

Parmi les autres priorités et préoccupations fortement citées viennent le recrutement pour accompagner la croissance et l’organisation des équipes et métiers entre recours à l’externalisation de certaines fonctions et la structuration des équipes internes.

Une étude Oxatis publiée récemment, nous indique que les 138 000 sites recensés par la Fevad ont représenté, en 2013, plus de 20 000 nouveaux emplois. Ainsi en 2014, les embauches dans l’e-commerce pourraient représenter près d’un tiers de la création d’emploi en France.
56% des cybermarchands déclarent dans cette enquête qu’ils rencontrent de véritables difficultés pour recruter. Les métiers les plus délicats sont ceux du développement (45% des e-commerçants déclarent éprouver des difficultés), ceux du trafic (40%) et du SEO (25%).

De fait, le recours aux compétences externes est important sur certains métiers. La difficulté à recruter ajoutée à la volonté stratégique de se concentrer sur certains savoir faire amènent bon nombre d’e-commerçants à confier certaines fonctions à des prestataires ou partenaires externes. La gestion de l’édition, de l’hébergement et de la maintenance du site est ainsi externalisée pour 64% des répondants. Le webmarketing et le community management sont externalisés pour 8 et 7% des e-commerçants qui ont répondu.

externalisation-emplois-e-commerce

Pour lire l’article dans son intégralité : http://www.ecommercemag.fr/4-237718/les-tendances-commerce-2014-237754.htm